Actualité & medias terre d'école

Espace Radios

Médias

Retrouvez l'actualité de Terre d'école en radio.
Europe 1
Emission Les experts - helena morna - mercredi
25.01.2012. a 14 /15h30

Espace Vidéos

Médias

Retrouvez l'actualité de Terre d'école en vidéos.
Terre d'école à la COP22 - Marrakech
Présentation Terre d'école 2016
Cérémonie traditionnelle à Kintélé
Collaboration avec le Ministère de l’agriculture et de l’élevage
Terre d’école à la COP 21, Paris, 2015
Qu’est-ce que Terre d’école ?
Florence BRUNOIS - Ethnologue CNRS
L'établissement Terre d'école
Terre d'école aux Jeux africains, Brazzaville 2015
Terre d’école à Bahrein
Participation au Sommet mondial des dirigeants locaux et régionaux, Rabat, 2013
Terre d’école reçue au Bénin
Terre d’école à Rio

Espace Presse

Médias

Retrouvez dans cette rubrique l'actualité, les dossiers, les reportages de "Terre d'école".

Espace Actualités

Médias

Retrouvez toute l'actualité de Terre d'école.

Le 15 mai : Une étape décisive pour le campus Terre d’école de KINTÉLÉ

A la Maison du Gouverneur à Pointe Noire, le 15 mai dernier, a eu lieu la signature du protocole d’accord entre Terre d’école, le groupe pétrolier constitué par Total E&P Congo, Chevron Overseas, SNPC, et l’état congolais. Cet évènement marque l’engagement concret et financier de plusieurs parties prenantes pour la bonne fin des travaux de construction du campus Terre d’école de Kintélé.

Une convention de partenariat avec le ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, a également été conclue. Une étape cruciale pour l’intégration à part entière des établissements Terre d’école dans le système éducatif national, et le signe d’une implication des autorités.

Les membres du gouvernement et des corps constitués ont assisté à cette manifestation en présence du président de la République, son excellence Denis Sassou Nguesso et du président directeur général de Total, Monsieur Patrick Pouyanné.

 

Terre d’école au C.E.G Jean Felix Tchicaya à Pointe-Noire

Le 13 mai, plus de 300 enfants venus d’une trentaine d’établissements ponténégrins ont participé à la journée organisée en leur honneur par Terre d’école au C.E.G Jean Felix Tchicaya.

Après une collation, les élèves ont participé aux différents ateliers conçus à leur intention. Ils ont partagé la richesse des contes avec Gabriel Kinsa, découvert les senteurs et les bienfaits des légumes et fruits de saison avec André-Michel Nzaou. Ils ont bénéficié de conseils avisés de santé et de prévention avec Rima Maylin.

Pour se dépenser sainement rien ne vaut l’exercice ! Encadrés par Frédéric Morlaix, les enfants se sont investis dans des activités sportives, et profité d’une initiation au golf et au tir à l’arc avec Jean Denis Dondi.

L’expression artistique était également au rendez-vous : après s’être exercés sur les classiques feuilles en papier, ils ont participé avec Raphael Federici - Alias Paris sketch culture, artiste exposé dans le monde entier, à la réalisation d’une fresque sur un des murs de l’établissement.

Ailleurs, un orchestre accompagnait les graines d’artistes pour des prestations vocales parfois remarquables et encourageait les talents de musiciens en herbe lors de solo de batterie.

La journée s’est clôturée par la visite de Monsieur Anatole Colinet Makosso, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, accompagné par l’ambassadeur de France qui s’est déclaré prêt à soutenir les initiatives de Terre d’école.

Des équipements sportifs ont été remis aux établissements participants.

Sur les dessins réalisés par les enfants, on peut lire :  « Merci pour tout et je vous souhaite une bonne continuité dans l’avenir ».

L’éditorial de Jean-Paul Pigasse

Terre d'avenir

Le pari semblait fou au départ puisqu'il visait à former une nouvelle génération d'hommes et de femmes tout à la fois bien éduqués et respectueux de la nature, mais voilà qu'il se concrétise avec l’ouverture prochaine de l’Ecole de la Fraternité à Brazzaville et la signature, à Pointe-Noire le 15 mai, d'un protocole d'accord entre l'Etat congolais, les grandes entreprises pétrolières - SNPC, Total E&P Congo, Chevron – et l’association Terre d’école qui permettra de créer un vaste campus scolaire à Kintele.

Avec ses quatorze hectares de forêts, champs pédagogiques et de bâtiments, ses dizaines de classes allant de la sixième à la terminale, ses six cents élèves, ses dizaines de professeurs, son centre de conférence, ses installations ultra-modernes, le Campus Terre d'Ecole va permettre de franchir un pas décisif sur la voie d'un développement durable qui ne dégradera pas l'environnement mais, bien au contraire, s'emploiera à le préserver. Il fera du Congo un modèle fondé sur l'enracinement territorial, l'implication, l'adhésion des populations locales et démontrera que le vaste projet lancé il y a deux mois à Oyo lors de la Conférence sur le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo n’a rien d’utopique dès lors que les grands acteurs de la société africaine s’appliquent à le concrétiser.

Présente dans toutes les conférences mondiales sur le climat depuis la COP Rio+20, Terre d'Ecole, dont le siège est à Brazzaville, s'est fixée comme objectif d'obtenir que l'éducation soit prise en compte dans toutes les réflexions sur les changements climatiques et la préservation de l'environnement. Mais au lieu de s'en tenir à de nobles discours et à une approche théorique de ce combat pour la survie de l'humanité, elle a décidé d'agir sur le terrain en lançant des écoles où les nouvelles générations apprendront à respecter la nature tout en se formant aux technologies les plus modernes. Elle a, du même coup, généré au plus haut niveau de l'Etat et dans les grandes entreprises une réflexion qui a débouché elle-même sur l’évènement à tous égards exceptionnel que nous allons vivre cette semaine.

C'est pourquoi nous qui sommes de simples observateurs de la scène humaine, nous avons décidé d'apporter avec Les Dépêches de Brazzaville notre pierre au bel édifice qui se construira dans les mois et les années à venir. Comment, en effet, la page historique qui s'ouvre sous nos yeux et dont dépend à plus ou moins brève échéance le sort de l'humanité, pourrait-elle s’écrire si les nouvelles générations ne sont pas formées dans ce sens, dans ce but ?

A travers Terre d’Ecole se dessine un mouvement que l’on peut dès à présent nommer "Terre d'avenir". Qui ne se passionnerait pas pour un tel enjeu ?

Jean-Paul Pigasse  

Maria Benbrahim Maylin : le combat passionné d’une femme contre l’afro-pessimisme

Un portrait signé Abdellah Chahboun pour lemag.ma

Du haut de ses cinquante ans, Maria Benbrahim Maylin est vent debout contre les pesanteurs qui rendent peu accessible le rêve d’une Afrique décomplexée, solidaire et centrée sur le potentiel humain pour laquelle elle s’engage depuis des lustres.

Marocaine d’origine, française d’adoption et universaliste de culture et de conviction, cette experte en communication se définit elle-même à travers une trilogie magique : « une tête froide, un cœur chaud et des mains propres », comme l’attestent certains de ses proches.

Munie de son expérience de psycho-pédiatre et son humanisme hors-frontières, Maria a choisi depuis ses premiers pas comme infirmière de mener son combat aux côtés des femmes exclues et des enfants abandonnés et/ou issus de milieux défavorisés.

Elle est très engagée au Maroc et surtout dans des pays subsahariens comme le Congo où ses associations, Comité international pour la renaissance de l’Afrique et Terre d’Ecole, ont lancé des projets pédagogiques et d’autres dédiés à l’agriculture durable avec toujours cette touche d’humanité, d’humilité et de respect.

Lire la suite

De Brazzaville à Marrakech : TERRE D’ECOLE au cœur de la COP22

L’association panafricaine TERRE D’ECOLE (TDE) a organisé, en collaboration avec les autorités locales et ses différents partenaires, une série d’activités dans le cadre de la Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) qui s’est tenue du 7 au 18 novembre à Marrakech.

L’enjeu principal de cette participation était de rappeler à tous, acteurs civils ou gouvernementaux, grand public, parents et enfants, que sensibiliser et éduquer les générations futures doit être au coeur des actions. Faire le lien entre éducation et développement durable est devenu incontournable, en particulier dans les pays du Sud et en Afrique.
Pour sa 3ème participation à cet événement mondial, après Rio et Paris, Terre d’école a mobilisé ses équipes et ses soutiens afin de faire connaître son programme éducatif novateur pour l’Afrique. Lors de la COP21, le projet TDE a notamment reçu les félicitations du président de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme.
Le premier campus scolaire, qui accueillera six cents élèves internes du cours primaire à la terminale est en cours de réalisation à Kintélé, près de Brazzaville.

Terre d’école est une réponse pertinente et originale, à moyen et long terme, aux défis qui devraient être au coeur des préoccupations de la COP22. L’association oeuvre à la promotion d’une éducation qui remet l’homme et l’environnement au centre du développement durable, grâce à un cursus novateur intégrant ces deux dimensions au sein de ses programmes. Elle a pour ambition d’étendre son réseau au Maroc ainsi qu’à d’autres pays du Continent, avec la création de campus scolaires et la diffusion du label Terre d’école attribué aux écoles répondant aux préoccupations et valeurs du projet.


Terre d’école aspire à l’avènement d’une société éco-responsable capable de relever, grâce à des citoyens avertis, les défis écologiques en repensant les modes de production et de consommation pour préserver la planète tout en assurant le bien-être de ses habitants.

Terre d’école à la COP22 de Marrakech :

  • Un stand d’exposition dans la zone Société civile,
  • Une table-ronde/conférence sur le thème Le jour où l’éducation sauvera l’humanité, inscrite au programme officiel de la COP 22,
  • Une journée exceptionnelle dédiée aux enfants, place du 16 novembre, dans le quartier du Guéliz.